Témoignages

Catherine LABBE, radiologue, ICO René GAUDUCHEAU, St Herblain: pourquoi l’association Ma Parenthèse est utile ?
Le cancer du sein est une maladie qui touche actuellement une femme sur 8.
De gros progrès ont été faits sur la prise en charge médicale.
Mais cette prise en charge médicale stricte, ne répond qu’à une partie des attentes des patientes. De nombreuses questions et problématiques sont exclues de cette prise en charge. Les besoins sont multiples et évolutifs dans le temps : certains apparaissent dès l’annonce du diagnostic et l’entrée dans la maladie, lors des différentes phases de traitement, d’autres à distance des traitements.
Le périmètre de ces besoins est très vaste, quasi sans limite propre, ils concernent la patiente directement, sa féminité, la tolérance aux traitements à court et à long terme, s’étendent au domaine familial, professionnel…
La médecine seule ne peut pas intervenir sur l’ensemble de ces domaines.
De nombreuses actions proposées par l’association Ma Parenthèse, permettent un soutien global, personnalisé, adapté dans le temps à chaque patiente, en complément de leur prise en charge médicale pure.

BLBLBL
Catherine LABBE

Témoignage de Clara, une patiente :
Après l’arrêt de la radiothérapie, on a un rdv qui nous prévoit une rencontre 6 mois après. Cela semble si loin …. Même si cela représente une bonne nouvelle, la fin des traitements, la rémission en vue …. On se sent désemparée car l’aller- retour quotidien à l’ICO rassure. Cela nous rassure sur les effets secondaires, les inconvénients, on peut être reçu au cas où… on peut être rassurée quand on a mal, quand le sein brûle et empêche de dormir. Ce que j’ai trouvé difficile personnellement c’est qu’à l’arrêt des traitements j’ai pensé que la forme physique allait revenir, que d’un coup, d’un seul j’allais retrouver ma forme d’avant le cancer. Le processus a été long, très long. A l’époque je n’ai pas contacté de groupe comme ceux de la ligue, j’avais les coordonnées de Mme X mais je ne l’ai pas contactée. J’avais mes enfants à m’occuper et l’entièreté de la journée était consacrée à reprendre des forces pour m’en occuper le soir. J’ai repris la marche seule, puis avec des amies une ou deux fois par semaine. J’ai pris la décision en mai de faire une cure post cancer du sein à Neris pour soigner les douleurs articulaires, osseuses entre autres. On avait un programme tous les après- midi : diététique, danse, gym, séance avec un psy, séance sur la féminité, marche nordique, massages du visage, des pieds, aqua gym le tout adapté à nos pathologies, fatigue, manque d’amplitude dans les mouvements suites à la chirurgie …. Ce moment a été essentiel pour moi car je me suis sentie moins seule et surtout valorisée par les efforts pour aller mieux alors que je sentais mon entourage lassé, agacé et dans l’incompréhension totale de ce que je vivais (et vis encore) Depuis un an (deux ans après le cancer) je me suis fait un programme : marche rapide deux à trois fois par semaine, quelques soins du corps, réflexologie, gym adaptée, kiné adapté. Et la rencontre avec des personnels, des patientes concernées me fait du bien.

Clara

Témoignage d’Isabelle PETIT-BRANDY, Masseur kinésithérapeute Nantes :

Isabelle Petit-Brandy, masseur kinésithérapeute spécialisée dans la prise en charge des femmes atteintes de cancer du sein. Les femmes sont souvent demandeuses d’accompagnement dans leur parcours en dehors du milieu hospitalier, aussi bien pour les activités physiques que les différents soins de support mais aussi et surtout dans le retour à l’emploi. Elles sont à la recherche de structure où elles se sentent en sécurité, reconnues et comprises. En tant que professionnelle, je suis démunie pour les diriger vers ce type de structure car il en existe très peu.

« Ma parenthèse » correspond totalement aux attentes des patientes et des professionnels de santé.

Isabelle PETIT-BRANDY

Dr Thomas CUVIER, Thomas Cuvier PH soins de support, service hospitalisation, Hôpital privé du Confluent :
De la fatigue à la douleur en passant par les difficultés sociales ou l’image corporelle, les soins de support couvrent les problématiques engendrées par la maladie et les traitements. Ils ont connu un véritable essor ces dernières années permettant d’accompagner les patientes tout le long de leur parcours. Cependant malgré les efforts réalisés, cette prise en charge reste souvent hospitalo-centrée. Pourtant de nombreuses initiatives au niveau local voient le jour malheureusement peu connue des patientes et des professionnels de santé du fait d’un manque de visibilité ou de moyens limités. En tant que médecin travaillant au sein d’un service de cancérologie, je réalise qu’il est parfois difficile de répondre aux interrogations de certaines patientes sur des sujets qui s’éloignent du champ médical mais qui n’en restent pas moins primordial dans le vécu au quotidien de la maladie. Qui va garder mon fils pendant mes chimiothérapies ? Quels sous-vêtements vais-je mettre après ma chirurgie du sein ? Comment va se passer mon retour à l’emploi ? Et encore faut-il trouver le temps pour que ces questions puissent être posées…. Il est nécessaire que le professionnel de santé puisse au minimum guider et orienter ces femmes vers des structures adaptées où elles vont pouvoir trouver des réponses à leurs questions. Tout l’enjeu et l’ambition du projet mené par Solenn et Stéphanie est de regrouper au sein d’un même lieu de multiples intervenants en soins de support et un espace d’informations dédié afin d’améliorer la prise en charge des femmes atteintes de cancer. Je leur apporte donc tout mon soutien pour ce très beau projet dont je n’hésiterais pas à me saisir dans ma pratique.

Thomas CUVIER

Victoire BRILLAUD – MEFLAH, Chirurgien sénologue ICO René GAUDUCHEAU St Herblain :
En tant que médecin, je fais souvent des annonces difficiles aux patientes et elles me posent très souvent la question de l’accompagnement dans cette épreuve ? Cet accompagnement est essentiel pour le vécu de la maladie et pour une meilleure qualité de vie pendant mais aussi après les traitements. Ma parenthèse porte très bien son nom car ce concept permettra aux patients de s’évader, de s’extraire de leur lieu de soin tout en ayant l’aide et l’accompagnement dont elles peuvent avoir besoin tout au long de leurs parcours. C’est un très beau projet que je soutiens pleinement. Merci à Stéphanie et Solenn.

Victoire BRILLAUD-MEFLAH

%d blogueurs aiment cette page :